30bpm

Thirty beats a month by M. Robin

Organisez vous qu’il disait!

Je ne suis vraiment pas certain à propos de ceci

Je ne suis vraiment pas certain à propos de ceci

Après avoir lu ce bon article de J.T. de Delicate Beats sur le blog BeatMakerWorld de Dramatik où il effleure la manière dont il travaille (le sujet, à son propre aveux, est tellement vaste), je me suis posé la question comment je travaille en fait. (Si vous ne connaissez pas Delicate Beats, ils composent la trame sonore de beaucoup de rap québécois (Anodajay, Sage, L’assemblé, Pagail, 83, Dramatik…)

Bien sûr, la grosse différence entre ce que je fais et ce que JT fait est que je ne travaille pas pour un client. Ceci dit, quand on y pense les mêmes règles s’appliquent aussi bien à un travail pour un client ou pour soi-même à moins de voir vraiment ne pouvoir faire qu’une chose. Connaitre le plus sont équipement, ce qu’il fait, quel son il produit, est la meilleure chose. Il ne faut pas répugner l’équipement de base. L’important est vraiment la personne devant l’ordinateur ou la machine. Certaine personne sorte des joyaux d’équipement rudimentaire et d’autres ne font vraiment rien de bon avec un studio incroyable.

Je ne veux pas tout répéter ce que JT a écrit. Mais classer ses sons comme du monde est très très important (vous avez surement remarqué j’ai écrit deux « très », c’est important de même). Ça ne veut pas dire que classer à votre manière très personnelle n’est pas bonne mais il faut les classer pour pouvoir les retrouver rapidement. Exemple, j’ai pris l’habitude quand j’enregistre des bouts violonés de vieux microsillons d’appeler le fichier  Stringz + <ambiance> parce que je trouve ça drôle, mais aussi ça me permet de retrouver mes sons rapidement. Aussi plusieurs crate diggers classent leur disque vinyl de manière à trouver leur son facilement. Ça vaux vraiment le coup pour ne pas être bloqué au moment créatif à chercher un son, de faire ce travail AVANT toute chose.

Peut-être est-ce ma productivité qui me fait dire cela, mais c’est important de travailler régulièrement à faire de la musique. C’est une gymnastique qui se perd facilement la créativité. C’est un peu comme apprendre une nouvelle langue, si on ne pratique jamais, ça se perd vite. Ceci dit, trouvez votre rythme de création, je ne dis aucunement que le mien devrait s’appliquer à tout le monde. Il y a des gens plus et moins productifs qui font des trucs excellents. Non, ne dirait pas combien de beats je fais par mois, le titre de mon blogue est déjà assez clair.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: